logo
Découvre les professions de la santé et des services sociaux à travers dix capsules vidéo
  • i audio couleur

Mises en situation

Orthophonie

Mise en situation 1

Démêler les « DYS »

En tant qu’orthophoniste, vous avez à jongler avec plusieurs étiquettes diagnostiques touchant la communication ou la fonction orale, comme par exemple, la mastication, l’alimentation, etc. Vous devez aujourd’hui distinguer tous ces mots compliqués à un parent désemparé qui est tout à fait confus avec ces « DYS ». À vous de jouer! Associer les bons diagnostics avec la définition correspondante. Attention, vous avez une définition de moins que les diagnostics, donc 2 diagnostics seront liés à la même définition!

1-DYSLEXIE
2-DYSORTHOGRAPHIE
3-DYSPHAGIE
4-DYSARTHRIE
5-DYSPHASIE
6-DYSPRAXIE VERBALE
7-TROUBLE PRIMAIRE DU LANGAGE
8-TROUBLE ENVAHISSANT DU DÉVELOPPEMENT (TED)
9-TROUBLE D’ATTENTION AVEC HYPERACTIVITÉ
10-AUTISME
11-APHASIE

  •  
    •  
      •  
        • A. Désordre de l’organisation du mouvement, se traduisant en une difficulté à planifier les mouvements nécessaires à la parole.
  •  
    •  
      •  
        • B.Trouble neurologique développemental touchant spécifiquement la compréhension et la production du langage.
  •  
    •  
      •  
        • C. Trouble du langage secondaire à une lésion cérébrale (ex. : AVC).
  •  
    •  
      •  
        • D. Désordre de la déglutition, c’est-à-dire des mécanismes impliqués pour avaler des liquides ou de la nourriture.
  •  
    •  
      •  
        • E. Trouble du langage écrit, affectant principalement les habiletés de lecture.
  •  
    •  
      •  
        • F. Ensemble de problèmes particuliers affectant le développement de l'enfant, notamment sur les plans cognitif, social, affectif, intellectuel, sensoriel et en matière d'acquisition du langage, reliés à trois aspects du développement :
          • les interactions sociales;
          • la communication verbale et non verbale;
          • les intérêts, les activités et les comportements qui présentent un caractère restreint stéréotypé et répétitif.
  •  
    •  
      •  
        • G.Trouble de l’écriture, touchant spécifiquement les mécanismes responsables de l’acquisition de l’orthographe des mots.
  •  
    •  
      •  
        • H. Trouble d’ordre moteur, affectant la force, le tonus et/ou l’amplitude des mouvements de la parole. Peut toucher la respiration, la voix, le débit, etc.
  •  
    •  
      •  
        • I. Sous-catégorie du TED.
  •  
    •  
      •  
        • J. Trouble neurologique caractérisé par des problèmes de concentration, un besoin critique de bouger et de l’impulsivité.

Corrigé : 1-E; 2G; 3D; 4H; 5B; 6A; 7B; 8F; 9J; 10I; 11C.

 

Mise en situation 2

Un nouveau dossier… une nouvelle communication!

Vous rencontrez pour la première fois un nouveau client. Il s’agit d’une petite fille de 5 ans qui ne parle pas. Elle arrive à produire seulement quelques sons mais aucun mot compréhensible ne sort de sa bouche. Ses yeux sont brillants et avides de communiquer. Elle se démène pour se faire comprendre malgré ses difficultés. Ton rôle en tant qu’orthophoniste est de lui trouver un mode de communication autre que la parole, afin qu’elle puisse comme les autres enfants développer ses relations sociales tout au long de sa vie. Question : Comment pourrait-elle demander à un ami si elle peut jouer avec lui?

Mots-clés pour la recherche sur le Web :

communication non-orale, communication alternative, communication de suppléance, codes gestuels, communication par pictogrammes, PECS, appareil de communication.


Corrigé


Il existe 3 grands modes de communication alternatifs à la parole : les gestes, les images ou pictogrammes, et l’utilisation d’un appareil de communication (ordinateur). Chaque enfant a un mode qui lui convient mieux, il s’agit de faire des essais et de recenser les besoins de communication de l’enfant. Ensuite on tient compte des intérêts de l’enfant, de son potentiel dans chaque mode (un enfant avec de grandes difficultés motrices n’ira pas vers un code gestuel), ainsi que de l’outil qui concrétise le mieux possible les besoins de communication de l’enfant. Le choix s’effectue donc avec l’enfant et ses parents, souvent aussi avec l’école, et nécessite par la suite des interventions orthophoniques pour que l’enfant maximise l’utilisation de l’outil.


Tu peux t’amuser à traduire la phrase proposée plus haut en gestes (avec la Langue des signes québécoise-LSQ, ou les « mains animées »), ou encore en image, avec les banques de pictogrammes disponibles sur le net. Les ordinateurs parlants utilisés pour la communication fonctionnent aussi avec des pictos, ou encore avec des lettres si la personne sait écrire.

Mise en situation 3

Des thérapies en orthophonie… oui, mais avec quoi?

Comme tous les jours dans ta tâche d’orthophoniste, tu dois user de ta créativité pour trouver des activités intéressantes pour ton client en fonction des objectifs que tu as décidé de travailler avec lui. Aujourd’hui tu vois Billy, à 9 h, et tu désires travailler avec lui les sons « S » et « Z », qu’il a de la difficulté à produire, ainsi que de faire des exercices de souffle afin de renforcer ses muscles et diminuer son hypernasalité (il « parle du nez »). Explore les ressources Internet pour t’aider à trouver des idées d’activités plaisantes pour Billy qui lui feront pratiquer ses sons et faire ses exercices. Voici quelques ressources :

www.mot-a-mot.com
www.orthomalin.com
www.magie-mots.com
www.cheneliere.ca/
www.superduperinc.com/
www.orthoedition.com

Tu peux aussi mettre tes objectifs avec « orthophonie » comme mots-clés dans Google pour en savoir plus sur les méthodes d’intervention.


Corrigé


La création de jeux ou d’activités pour travailler le langage fait partie intégrante du métier d’orthophoniste chez l’enfant. Le défi est d’aller chercher la motivation de l’enfant dans le jeu, pour l’amener à produire les sons ou les mots que l’on vise. Souvent, plus il s’amuse, plus il réussit! Comme tu as sûrement pu le découvrir, les images sont des outils précieux pour l’orthophoniste. On peut les utiliser à toutes les sauces, qu’il s’agisse d’un jeu de chasse au trésor, de « pige dans le lac », de bingo, de pêche d’images, l’activité amène l’enfant à produire les mots que l’on a préalablement choisis.


Pour ce qui est du souffle, on le travaille parfois pour que l’enfant dirige bien son air ou renforce ses muscles, pas les biceps, bien sûr! Mais les muscles de la langue, des lèvres, de la mâchoire et… de la luette!!! Ce qu’on appelle en fait le voile du palais. C’est ce qui peu causer une « hypernasalité ». On peut les travailler avec sifflets, en faisant des courses avec des ouates et des pailles, en éteignant des bougies d’anniversaires ou toute autre inspiration du moment!

Mise en situation 4

Chez l’adulte maintenant!

Vous travaillez dans un hôpital. Vous recevez un appel en entrant au travail ce matin : un monsieur a fait un accident vasculo-cérébral (AVC) et est arrivé en ambulance la veille. L’infirmière vous appelle pour qu’il soit vu en orthophonie : il ne peut plus articuler aucun mot et se fâche contre le personnel soignant. Selon ce que l’infirmière vous décrit, M. Plante semble être atteint d’une aphasie importante, touchant sa compréhension et sa production du langage. Vous devrez l’évaluer de façon plus approfondie avant de conclure à une aphasie de Broca, mais avant d’y parvenir vous devrez rencontrer la famille qui est en détresse. Vous vous préparez donc à rencontrer votre client, la conjointe de monsieur ainsi que ses deux fils, afin de leur expliquer ce qu’est une aphasie, les principales causes de ce désordre et à quoi on peut s’attendre au fil de la rééducation en orthophonie. Bonne chance!!!


Ressource :
www.aphasie.ca
« aphasie » dans Google!


Corrigé


Après un premier débroussaillage, vous aurez sûrement trouvé les principaux points! L’AVC crée une lésion dans le cerveau. Lorsque cette lésion touche les aires du cortex responsables du langage, cela peut laisser des séquelles chez la personne atteinte. Dépendamment de la région touchée, la compréhension ou l’expression du langage seront plus ou moins touchées. Les cellules nerveuses de l’aire de Broca de M. Plante ont dû être touchées, ce qui engendre une aphasie dite de Broca. Cette aphasie se caractérise par de grandes difficultés d’expression et peut aller jusqu’à la suppression de la parole dans les cas plus sévères. Il faut donc expliquer à la famille que le langage de M. Plante s’améliorera dans les prochains jours, et pour récupérer le maximum de langage, il sera suivi en orthophonie. Au début, le suivi orthophonique est souvent intensif, c’est-à-dire de 2 à 5 fois par semaine, afin de profiter de la période où le client récupérera le plus. En effet, c’est au cours des premiers 3 à 6 mois après l’AVC que le patient récupèrera la majeur partie de ce qui est à gagner. Les personnes aphasiques demeurent cependant souvent avec des séquelles même après plusieurs années, cela dépend de l’étendue de la lésion et de la sévérité de l’aphasie. Le suivi intensif se réalise souvent en Unité de réadaptation fonctionnelle intensive, appelée URFI, puis le client peut être transféré en centre de réadaptation pour les derniers mois du suivi. Les rencontres seront à ce moment-là moins fréquentes, et viseront davantage à ce que le patient réintègre son milieu et ses habitudes de vie.

C’est souvent bien difficile pour les proches ET SURTOUT pour la personne aphasique d’apprendre tout ça au début, mais vaut mieux leur communiquer une vision réaliste tout de suite plutôt que d’entretenir de faux espoirs! L’important est de leur donner la motivation d’investir le maximum maintenant dans leur rééducation!


Une dernière chose : si votre client a effectivement des déficits de compréhension, vous devrez adapter vos explications en utilisant des phrases simples et courtes, de même que vous appuyez sur des images si vous voulez qu’il vous comprenne!

Autres activités et mises en situation

La journée d’un ou d’une orthophoniste est tellement remplie de défis et de rebondissements que les situations abondent.

Outils

Les sites Web, grilles et outils suivants te permettront de résoudre la mise en situation. Ce matériel est reproductible, ce qui veut dire que tu peux en faire des copies.

Sites Web



 

 



 Audiologie

Pour en apprendre plus sur la profession d'audiologiste, réalise les activités suivantes! Les réponses se trouvent à la fin de cette page.


Activité 1

Pour commencer voici une activité simple pour te familiariser avec l’anatomie de l’oreille.

Essaie de replacer les différentes parties de l’oreille.

 

 

Parties de l'oreille :

Nerf auditif 
Pavillon
Conduit auditif 
Étrier
Tympan 
Cochlée
Trompe d’Eustache 
Marteau
Enclume
Canaux semi-circulaires
   


Activité 2

L’audiogramme est le diagramme qui nous permet de visualiser les résultats obtenus lors de l’évaluation en cabine insonorisée et sous écouteurs.  On y inscrit les résultats des différents sons que l’on fait entendre au patient, c’est-à-dire que le patient doit nous dire s’il entend un son même très faible et sur plusieurs fréquences différentes, habituellement de 250 à 8000 Hz.

Cet audiogramme représente une audition normale.


Le seuil d'audition
de cette personne se situe à 0 décibel pour les sons graves (partie gauche du graphique) et à 5 dB pour les sons aigus (partie droite du graphique).

Les sons que nous produisons lorsque nous parlons sont représentés en vert (c'est le spectre vocal, il a une forme de banane).
EXEMPLE DE PERTE AUDITIVE : perte classique et fréquente provoquée généralement par la presbyacousie.


Ce patient entend normalement les sons graves (sous la courbe rouge, portion en vert) et très mal les sons aigus (au dessus de la courbe rouge, portion en blanc).  Les sons aigus ne sont perçus que lorsqu'ils dépassent 60/70 dB d'intensité. Cette personne n'entend donc pas les sons aigus de la parole qui ont une intensité comprise entre 30 et 55 dB (zone blanche du spectre vocal).

Les sons aigus fournissant 70 % des informations nécessaires pour comprendre la parole, ce patient aura des difficultés de compréhension. Il entend la parole grâce aux sons graves mais il la comprend mal, les mots paraissent brouillés.  Parfois les gens dirons « j’entends, mais je ne comprends pas! »

Les exemples suivant simulent ce à quoi peut ressembler une perte auditive en hautes et moyennes fréquences.




Tu peux aussi écouter les extraits sonores d’une phrase et de la musique entendus par une personne qui présente une perte auditive à différents degrés de perte. 


Audition normale

Surdité perception légère

Surdité de perception modérée

Surdité de perception sévère

Surdité de transmission 10 db

Surdité de transmission 20 db

Surdité de transmission 30 db

Phrases - audition normale

Phrases - perception de surdité modérée

Phrases - perception de surdité sévère


Activité 3
 

Voici quelques mises en situations, de rencontres types avec une clientèle variée, pour l’audiologiste travaillant en centre hospitalier. 


Mise en situation 1


L’audiologiste rencontre M. Marin âgé de 51 ans qui remarque faire de plus en plus souvent répéter.  Il travaille sur les bateaux depuis plus de 30 ans, exposé au bruit des moteurs de façon constante.  Depuis quelques années il nous dit entendre un sifflement dans les oreilles, surtout le soir avant de se coucher.  Il remarque également avoir de plus en plus de difficulté à comprendre les consignes données par le capitaine, ce qui représente une situation très difficile pour lui, surtout lors des manœuvres aussi délicates que l’entrée au quai.  M. Marin nous précise pourtant bien entendre les sons autour de lui, comme la corne de brume même au loin.  Par contre il remarque qu’il lui arrive de ne pas entendre la sonnerie de son téléphone cellulaire ou la sonnerie d’un micro-onde.  Lorsqu’il se retrouve en groupe ou avec ses amis à la chasse, M. Marin préfère se retirer puisqu’il a de la difficulté à suivre la conversation et ne rit jamais les blagues au bon moment.

  • Pour cette première mise en situation, en te basant sur les éléments de l’histoire de cas, tente de trouver quelle serait la cause possible du problème auditif.  Tu peux aussi te référer au formulaire « histoire de cas » dans outils.
  • Puisque M. entend bien les basses fréquences, est-ce qu’un appareil auditif serait utile? Est-ce que d’autres aides seraient possibles?

Il existe plusieurs types d’aides auditives.  La technologie évolue très rapidement dans ce domaine.  Voici différents modèles, mais il en existe maintenant plusieurs.  Tu peux aussi consulter différents sites Internet de compagnies de prothèses auditives et d’aides de suppléance à l’audition, telles que :

  • Phonak (www.phonak-canada.com)
  • Siemens (www.siemens.ca/hearing)
  • Starkey (www.starkey.com)
  • Oticon (www.oticon.ca)
  • Widex (www.widex.ca)
  • Sennheiser(www.sennheiser.ca)

     Prothèses auditives

 

Système MF

 Mise en situation 2


L’audiologiste rencontre un jeune enfant de 18 mois avec ses parents qui sont inquiets que le petit William ne parle pas beaucoup.  William essaie de prononcer les mots, mais il est plutôt inintelligible (on ne comprend pas ce qu’il dit).  Lorsqu’il veut quelque chose, il pointe les objets ou les aliments qu’il désire.  Il n’a pas du tout sursauté lorsque son père a accidentellement placé la musique à un volume très fort.  Au contraire il aime placer son oreille près du haut-parleur et danse.  La grand-mère de William présente une surdité partielle importante et deux de ses frères (grand-oncle de William) sont sourds.

  • Donc encore une fois quelle serait la cause du problème auditif?
  • Un enfant qui porte des appareils auditifs ne peut soudainement tout comprendre et se mettre à parler.  Peu importe le type d’amplification dont pourra bénéficier William, il sera nécessaire de travailler avec lui en entrainement auditif.  Le fait de porter des appareils ne redonnera pas à William toutes les habiletés auditives d’un enfant de son âge.  Il sera nécessaire pour lui d’apprendre à utiliser les nouvelles informations auditives qu’il reçoit.  Par exemple en travaillant avec lui pour percevoir la différence entre des sons qui se ressemblent :
    • vroum-vroum (son d’une voiture) vs aaaaaaaaaa (avion)
    • meuh (vache) vs wouf-wouf (chien)

Plus l’enfant évolue, plus on précise vers des différences de plus en plus fines :

  •  
    • château-râteau-bateau;
    • douche-mouche-bouche ;
    • cil-fil ;
    • jus-rue

Avec les enfants il est nécessaire de procéder en jouant.  Donc l’audiologiste doit inventer des situations de jeux pour travailler les différentes habiletés auditives avec l’enfant.  Tu peux essayer d’inventer une situation qui te permettrait par le jeu de motiver l’enfant à écouter et se pratiquer à reconnaître des différents sons.  Dans la section outil de consignation tu retrouveras du matériel de mots (paires minimales) pour t’aider.

Mise en situation 3


Mme Lajeunesse est revue aujourd’hui en contrôle pour réévaluer ses besoins.  Elle présente une surdité sévère et même avec ses prothèses auditives la communication demeure très difficile.  Son fils qui l’accompagne trouve la situation pénible.  L’audiologiste lui explique que malgré le port de sa prothèse auditive, sa mère peu entendre mais qu’elle ne peut pas toujours bien saisir les mots.  Toutefois, en utilisant de bonnes stratégies de communication il est possible d’améliorer la communication.

  • Quelle pourrait être la cause de la surdité de Mme Lajeunesse?
  • Avec des personnes de ton entourage qui présentent une perte auditive, utilise les stratégies de communication dans la section outils.  Tu pourras constater que pour des personnes atteintes d’une surdité importante l’utilisation de la lecture labiale, en te plaçant devant et en parlant lentement et clairement peut faire une grande différence pour améliorer la compréhension.
  • En utilisant des bouchons pour les oreilles, en te plaçant avec des amis, tu peux simuler une perte auditive et utiliser les stratégies de communication pour comprendre.  Tes compagnons pourront changer leur voix, parler en mâchant une gomme, se tourner de dos ou ajouter une musique en bruit de fond.

Outils

Les grilles et outils suivants te permettront de résoudre la mise en situation. Ce matériel est reproductible, ce qui veut dire que tu peux en faire des copies. Si la mise en situation exige du matériel non disponible dans ce cartable, tu le trouveras dans l’onglet « Outils Extra ».

 

 

Paires minimales

Pain Main
Mouche Bouche
Dent Banc
Fée
Clou Clé
Joue Zoo

 

Les stratégies de communication ?

Voici quelques trucs pour faciliter la conversation.
Utilisez-les! Faites-les connaître à votre entourage!

 

 

À utiliser par les personnes entendantes

  • Attirez l’attention en touchant la personne doucement;
  • Faites face à la personne;
  • Parlez de façon naturelle, lentement et clairement;
  • Ne criez pas;
  • Précisez régulièrement le sujet de la conversation;
  • Ne mettez pas d’obstacles devant ou dans votre bouche (mains, crayon, gomme);
  • Éliminez le bruit ambiant le plus possible;
  • Écrivez les mots difficiles.

À utiliser par les personnes sourdes ou malentendantes 

  • Avertissez que vous êtes une personne ayant un trouble auditif;
  • Précisez vos besoins;
  • Rapprochez-vous de votre interlocuteur;
  • Dites ce que vous avez compris;
  • Demandez le sujet de la conversation;
  • Demandez de répéter lentement, dans d’autres mots;
  • Posez des questions précises;
  • Demandez d’écrire.

 

fleche

Rappelez-vous : les appareils auditifs ne rétablissent pas une ouïe parfaite! La perte de clarté de la parole due à la surdité est rarement corrigée par la prothèse.

 

Corrigés

 

Activité 1



Il est composé de 3 parties : l'oreille externe, l'oreille moyenne et l'oreille interne.

Parties de l'oreille :

  1. Pavillon
  2. Conduit auditif
  3. Tympan
  4. Marteau
  5. Enclume
  6. Trompe d'Eustache
  7. Étrier
  8. Canaux semi-circulaires
  9. Cochlée
  10. Nerf auditif


Activité 3

Mise en situation 1


M. Marin a travaillé pendant plusieurs années, exposé au bruit des moteurs, pour de longues heures et en fait des semaines complètes.  L’exposition au bruit est un facteur important pouvant causer la surdité, principalement sur les hautes fréquences. M. Marin pratique également la chasse, ce qui est aussi une source de bruit très nocive et pouvant entrainer une surdité importante, de la même façon que les moteurs et donc également sur les hautes fréquences.  Comme tu as pu le constater à l’activité 2, la perte d’audition sur les hautes fréquences explique bien les difficultés que M. Marin rapporte.  Il est toujours capable d’entendre certains sons de basses fréquences, mais perd les sons de hautes fréquences de la parole, ce qui rend la compréhension très difficile.

M. Marin pourrait certainement profiter d’une amplification auditive qui permettrait d’amplifier surtout les hautes fréquences et donc qui rendrait audible les sons ou une bonne partie des sons que M. Marin n’entend pas toujours bien.  Les nouvelles technologies en matière d’amplification auditive nous offrent une gamme impressionnante de possibilités.  Depuis l’entrée sur le marché des appareils numériques, il est possible de s’ajuster de façon assez précise à chaque configuration de perte auditive et ainsi s’adapter au besoin de chaque patient.  Dans l’exemple que nous avons, M. Marin pourrait grandement bénéficier des appareils à embout ouvert (open fit), qui permettent de laisser passer naturellement les sons graves et d’amplifier seulement les sons de moyennes et hautes fréquences.  De plus ces aides auditives sont discrètes et confortables.

Toutefois, M. Marin pourrait avoir toujours de la difficulté à comprendre sur le bateau les consignes de son capitaine.  Un système MF qui permettrait au capitaine de parler dans un mini micro et qui transfèrerait le message directement dans les appareils de M. Marin serait un outil parfait dans cette situation de bruit.


Mise en situation 2


Tu auras sans doute compris que le petit William a une surdité sévère héréditaire, c’est-à-dire que le problème se trouvait dans son code génétique, transmis par son père.  L’amplification auditive avec 2 appareils auditifs contour (autour de l’oreille) est le premier choix.  Toutefois, il sera possiblement évaluer au programme d’implant cochléaire (opération qui consiste à remplacer les cellules auditives de la cochlée par des électrodes.  Tu peux avoir plus d’information en recherchant « implant cochléaire » sur Internet).  Comme il avait été mentionné plus haut, peu importe le type d’amplification choisi, il est nécessaire de travailler avec l’enfant en entrainement auditif.  L’audiologiste doit inventer des situations de jeux pour amener l’enfant à développer ses habiletés à détecter et identifier des sons et des mots différents et similaires.


C’est un travail extrêmement intéressant si tu aimes travailler avec les enfants.  Il n’y a pas de réponse parfaite, puisque l’imagination de celle ou celui qui bâtit les activités

  • Cacher des objets sous une couverture ou dans la bouche d’une grosse marionnette.  L’enfant doit aller chercher l’objet qui correspond au son entendu et la marionnette mange sa main en même temps.
  • Pour les plus vieux on peut coller des images sur des poissons et l’enfant doit pêcher le poisson qui correspond au mot entendu.
  • Plusieurs situations sont possibles il suffit de garder en tête l’objectif et le but de l’activité.

Mise en situation 3

Le problème de Mme Lajeunesse correspond à un trouble auditif causé par le vieillissement, soit la presbyacousie.  À partir de l’âge de 60 ans environ, une grande partie de la population perd graduellement de l’audition.  Il arrive un point où même si les appareils auditifs aident à entendre plus fort, ils ne permettront pas à la personne de bien saisir les mots.  Il est donc important d’utiliser de bonnes stratégies de communication pour faciliter et maximiser la compréhension du message.
  • petit ergopetit pharmpetit infirmierpetit orthopetit psypetit gestionnairepetit edupetit imagerie
  • petit medecinpetit travailleur social